Anthony B

Biographie de Anthony B

Anthony B est un artiste ”entier” qui s’est fait le messager de revendications politiques et sociales. Ses études sur l’enseignement de Marcus Garvey ont également fait de lui un grand défenseur de l’Afrique, et les thèmes qu’il aborde dans ses chansons sont ancrés dans la thématique rasta. Avec en plus une touche révolutionnaire rappelant l’ancien Wailers Peter Tosh, qu’il considère comme son mentor.

Anthony B (aka Keith Blair) est né le 31 mars 1976 à Clarks’ Town, Jamaïque. Il passe son enfance à Trelawny où il commence à chanter dans les églises, à l’instar de ses aînés Bob Marley et Toots and the Maytals. Après avoir fait ses armes dans le sound system local Shaggy Hi-Power, il décide de partir à Portmore, où il fait la connaissance d’autres artistes comme Determine, Mega Banton, Ricky General, Terror Fabulous ou encore Little Devon. C’est d’ailleurs ce dernier qui va le présenter à Richard Bell, le célèbre producteur du label Star Trail.

Son premier album, ”The Living Is Hard”, sort en 1993, mais sa carrière débute vraiment à partir de 1996. Le bobo signe un premier succès : Repentance Time qui le révèle au public. Suivent ensuite quelques uns de ses tout meilleurs titres comme Rumour, Raid di barn et le Fire pon Rome aux lyrics explosifs. Son premier album ”Real Revolutionary”, qui comprend justement ces singles, arrive dans la foulée et reçoit un bon accueil dans le milieu. Fin 1997, son deuxième album ”Universal Struggle” arrive dans les bacs. Plusieurs morceaux marquent les esprits comme Nah vote again, sorti alors que se profilent les élections jamaïcaines de 1997, le Waan Back reprenant le riddim du Night Nurse de Gregory Issacs ou encore Marley Memories, ultime hommage au King.

Deux ans plus tard, le Dj revient avec ”Seven Seals”. Cet album ne rencontre malheureusement pas le succès mérité et reçoit une critique mitigée malgré de très bons titres. En 2001, il signe ”That’s Life” aux sonorités roots sur lequel on peut notamment retrouver la reprise Equal Rights de Peter Tosh. Viennent ensuite les albums ”Street Knowledge” (comprenant, entre autres, le cut Police et le duo Two Sevens Clash avec Joseph Hill de Culture), le très moyen ”Smoke Free” et le peu reconnu ”Justice Fight”.

Plus récemment, ”Powers of Creation”, a été produit par Frenchie (producteur notamment de Raggasonic), pour son label Maximum Sound. A noter également un album et DVD ”Live on the battlefield”, enregistré à Toulouse en 2002, qui résume bien l’énergie que peut produire cet artiste lors de ses prestations scéniques, et sa relation avec le public français.

Hey ! Suis-nous sur Facebook !