Beastie Boys

  •   BEASTIE BOYS
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A

Biographie de Beastie Boys

Tout commence en 1983, Ad Rock rejoint en tant que guitariste le groupe de Punk Rock formé deux ans plus tôt par ses deux compères. Coupables de quelques maxis fumants tels « The cookie puss », le trio est repéré par le producteur Rick Rubin qui les signe sur Def Jam et devient leur DJ. La touche hip-hop qu’il amène au groupe conduira au succès de leur premier album, sorti en 1986, Licensed to ill, mélange de punk et de rap teinté d’humour potache dans les textes. Ce disque se classe en tête des ventes et s’écoule à quatre millions d’exemplaires aux Etats-Unis, une première pour un disque de rap.

Les Beastie Boys marquent leur liberté artistique en plaquant New-York pour Los Angeles où ils rencontrent les Dust Brothers. Ceux-ci produiront Paul’s Boutique en 1989 et redonneront au groupe le goût des instruments. Un succès tardif viendra couronner ce disque, tout d’abord incompris, puis considéré ensuite par certain comme leur meilleur. Sous les couleurs de leur propre label, Grand Royal, ils reprennent donc guitare, basse et batterie pour Check Your Head qui sort en 1992. Mario Caldato Jr. fait alors partie de la bande, c’est l’ingénieur du son/producteur qui les assiste dans leurs multiples expérimentations, collages de sons, de samples et d’instrumentations diverses.

En 1994 sort de leur studio G-son, auquel est accolé une piste de skate-board, Ill communication, qui signe l’aboutissement de cette période. Des samples, des guitares, des instrumentaux, de la dérision : cocktail efficace. Le clip de « Sabotage » réalisé par Spike Jonze est le reflet par l’image de leur univers. Rappelons pour l’anecdote que Mike D a animé un temps une émission de télé sous le nom de Country Mike et qu’un curieux personnage, Nathanial Hörnblower, venant de Suisse et soit disant oncle de MCA (derrière lequel se cacherait en fait ce dernier) a réalisé plusieurs clips du trio.

Les trois compères deviennent aussi plus sérieux avec l’age : en 1997, MCA lance un festival pour la libération du Tibet regroupant chaque année de nombreuses têtes d’affiche. L’année suivante, Hello Nasty ne se fait pas encore complètement l’écho de cette évolution, mais démontre que le groupe n’est pas encore au bout de ses essais musicaux. Le succès est encore au rendez-vous notamment grâce à l’appui sans faille au gré des années de la chaîne MTV.

Le retour à New-York entamé depuis quelques années est consommé avec la construction d’un nouveau studio. Leur ville traumatisée en 2001 sera le sujet de leur sixième album, To the 5 boroughs, pur concentré de rap. Le groupe se fait désormais entendre lorsqu’il critique Bush et la guerre en Iraq, signe d’une maturité qui s’applique aussi à leur musique, leur dernier album ayant été produit pour la première fois entièrement par eux-même. Ils n’ont pas complètement changé non plus, leurs casquettes sont encore à l’envers et leur goût du déguisement dans les clips reste intact !

Hey ! Suis-nous sur Facebook !