Big Shug (Biographie)

Par , publié le 01/10/2010 à 15:39 - 676 vues
0 J'aime 0 Je n'aime pas

Biographie Big Shug

Big Shug
Dans les bacs du HIPHOP international depuis 1995 sans jamais réellement faire de pause, Big Shug est une des figures connues et reconnues du Rap U.S. Il n'en est pas pour autant, un grand protagoniste. Toujours dans l’ombre des grandes formations, et dans la lumière des projets plus modeste mais avec quelques très bonnes apparitions tout de même (vous me direz, depuis le temps, ça semble assez logique), il est l’un de ces « Oldtimer » qui met encore quelques très bonnes claques à chacune de ses sorties.

Intermittent du spectacle pour le groupe « Gangstarr » depuis les débuts, parfois pour faire les backs sur scène, tantôt pour un featuring et souvent considéré comme membre à part entière de la formation aux cotés de Guru et Premier. Il est de retour en cette fin d’année 2007 pour un nouvel album intitulé « Street Champ » chez Babygrande et produit en grande partie par, oui et c’est ça la bonne nouvelle, Monseigneur DJ Premier. Très souvent qualifié de clone de Guru, ce qui à mon sens ne peut pas être considéré comme une insulte, Big Shug nous offre sur ce dernier opus, la touche Gangstarr qui commençait à nous manquer.

Avec une voix incomparable, un flow claire et des lyrics appuyé comme un gros crochet du droit, Big Shug est venu pour remettre les choses à leurs places. A la vue de cette sortie, il est en effet loin d’être enterré. Toujours en guerre contre ceux qui ont oubliés la rue en chemin ( personne ne lui en voudras pour ça), contre les DJ et les radios qui l’ont exclus de leurs programmation, Big Shug a donc toutes les bonnes raisons de nous livrer un album bien « punchy » (« punchy », « streetchamp » t’as compris le truc ?).

Ce « leg breakers » nous livre, donc, 18 titres sans s’essouffler avec des productions très bien construites et je pèse mes mots. la touche « DJ Premier » se ressent avec plaisir sur chaque titre alors qu’il n’est pas forcement derrière la régie pour chaque morceaux. Les instrus sont donc d’une qualité assez remarquable ; classiques (Premier fait ce qu’il sait faire le mieux) mais très efficace.
Résultat, quand DJ Prem’ est aux commandes et que le rappeur est un vieux de la vieille, on obtient, une des très belle sortie de cette fin d’année.
Envoyer
Favoris
Correction