Monsieur R

  •   MONSIEUR R
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A

Biographie de Monsieur R

Monsieur R, peut être l'artiste le plus productif du ménage à 3, nous revient avec un nouvel opus intitulé « Aktion Direkt », prévu pour février 2005, qui devrait sonner une fois de plus l'alarme sur un monde qui n'a cessé d'évoluer dans le mauvais sens selon lui, ce qu'il a poussé à de nouveau se mettre sur le devant de la scène après une longue absence.

Pour ceux qui ne le savent pas, Monsieur R a déjà 3 albums à son actif (« Mission R », « Au commencement » et «Anti-constitutionnellement ») et les fameux « Sachons dire Non ». D'ailleurs, un dvd documentaire « Sachons dire Non » est bientôt prévu, il sera accompagné d'une B.O.

Son maxi « Criminologie » est déjà disponible pour ceux qui voudrait avoir un aperçu du talent incontestable de cet Mc à la voix grave.

Une spéciale dédicace pour ce pilier d'un département qui m'est cher ( Le 77 ) , qui a toujours su faire les choses proprement et bien et demeure un exemple à suivre pour ceux qui se lance dans la dur réalité de l'indépendance.

Actualités 2005 :
Origines : aux Etats-Unis, les autorités auraient demandé à Monsieur R d'apposer l'autocollant 'Explicit Lyrics' sur son album. Pas d'obligation en la matière en France, même si le rappeur préfère prévenir l'auditeur en intitulant son quatrième opus Politikment Incorrekt. Près de 20 morceaux sont proposés par celui qui fut l'un des piliers du collectif Ménage à 3 durant la décennie précédente, de quoi permettre à l'auditeur de se montrer pleinement satisfait de découvrir autant de nouveaux sons sur un même disque.

Ingrédients : Street Politik, le morceau d'ouverture, a été réalisé sur un fond clairement japonisant, Rebel Musik sur des rythmes hip-hop/R&B un peu plus classiques et Misère Humaine sur des accents rock. On reste plutôt indifférent à l'écoute des dénonciations faciles d'Olivier Besancenot (!), en revanche on apprécie les autres collaborations avec ODB, Akon, Lino (Ärsenik) et Prodigy (Mobb Deep). Le groupe de rock français Enhancer fait même une apparition surprise sur Antisocial 05, sans doute l'un des titres les plus forts de l'album.

Polémique sur le titre FranSSe sur l'album "Politikment Incorrekt"
Chanteur engagé, il a été accusé fin juillet 2005 par le Mouvement Civique Militant, une association nationaliste, d'incitation au racisme et à la haine, à partir d'une de ses chansons et de son clip, "FranSSe". Le porte-parole du bureau politique de la LCR, Olivier Besancenot apparait dans l'album. Il interpréte l'interlude de "antisocial 2005". Ledit clip tendrait à représenter la France par deux femmes nues qui s'exhibent en se frottant au drapeau tricolore et où la France serait assimilée au Troisième Reich (Mes frères musulmans sont haïs /Comme mes frères juifs à l'époque du Reich/De la main des nazis). Dans cette chanson, il déclare notamment: "La France est une garce, n'oublie pas de la baiser jusqu'à l'épuiser, comme une salope faut la traiter."

Le rappeur déclare stigmatiser des dirigeants parlant au nom de la France, qu'il accuse de néo-colonialisme, et d'aller à rebours des valeurs d'ouverture de son pays d'adoption. Dans le clip, il reprend notamment des extraits du discours de Jacques Chirac lors de son élection en 1995, ou encore d'une rencontre entre le président et l'ancien dictateur controversé du Zaïre, Mobutu Sese Seko.

La police, au nom de laquelle a parlé Michel Thooris(CFTC), s'estimant insultée par ledit album, a également demandé la censure de celui-ci.

Le député UMP de la Moselle François Grosdidier, en se joignant à la cause du mouvement deux semaines après le lancement de l'appel, a véritablement lancé la polémique.

Monsieur R est sous le coup de poursuites judiciaires visant à censurer son album, ce qui est arrivé en 2004 au groupe La Rumeur et en 2003 au groupe Sniper. Leur rap revendicatif et cru est jugé par certain comme incitant à la haine envers la France, le gouvernement français, les français et les "blancs" en général. Dans le cas de La Rumeur et de Sniper, la justice a donné tort aux plaignants.

Le problème est celui, sensible, de définir des limites à la liberté d'expression.

Hey ! Suis-nous sur Facebook !