Sael

  •   SAEL
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A

Biographie de Sael

De sensibilité et d’humilité mêlée, Saël est un soldat mis dans un sens spirituel : son armure, ce sont ses paroles et sa musique. Saël est un chanteur engagé, dans la foi de l’ Eternel. Il est né en Martinique. C’est au début des années 90, aux prémisses du hip hop martiniquais, qu’il démarre la musique dans un groupe de rap, « Panthé noué », avec Siloé et Chabin. Ils feront quelques podiums. Saël, surnommé ainsi par son ami, Vegeta, a trouvé sa voie : la musique.

Il toaste sur les rythmes de reggae ou de ragga, sous les bonnes influences d’artistes comme Danoa, Straïka D, Guy Al MC. De nature réservée, il ne se prête à aucune influence de mode ou de style musical. Déterminé, il sait que la route est longue jusqu’à la reconnaissance nationale, voire internationale. Il écrit ses textes et répète sa musique : il se construit son univers.

Saël toaste, mais il ne chante pas encore. Il fréquente les studios, Trinity Sound Studio, et côtoie les artistes en plein essor, Ruff Neg, Red Zone, Typical Féfé, émulsé par une « compétition intelligente entre les artistes », dixit Saël. Ses influences sont diverses : Garnett Silk, Bob Marley, Jacob Miller, Jahmali, Lucky Dube, Sizzla, Anthony B, Luciano, Buju Banton mais également Lauren Hill et Lunatic.

Encouragé par nombre de ses pairs, il travaille sa voix, « une voix d’ or qui ne demande qu’ à se révéler » : c’ est Lévy, leader des RMTG qui l’aidera dans cette progression. Lévy compose, programme et fait travailler les artistes, depuis près de 20 ans. C’ est une véritable oreille musicale, spécialisée reggae et ragga. Il vient de composer un dub, inspiré de « Praise ye jah ». Saël a une chanson déjà prête. C’est « Jérusalem », nous sommes en 1997, il faudra encore de longs mois de travail et de persévérance pour que la voix de Saël soit enregistrée . Le titre est produit par Don’s Music en 1999 « Dance Hall News » (cf. discographie).

Puis à l’initiative de Brother Jimmy pour son émission «Reyel an mouvman» RFO Guadeloupe produit la vidéo de « Ils s’ éternisent” qui sera diffusée pendant le carême période très pieuse suivant le Carnaval aux Antilles et là c’est la révélation. Vient ensuite « Pas comme les autres », inspiré par la mère de son enfant. Le titre surprend le public par ce beau chant d’ amour sincère, pas vraiment versé dans des subtilités sensuelles. « Pas comme les autres » est d’ailleurs nommée « Meilleure œuvre ragga 2000 ». La reconnaissance du public est immédiate. Enfin, « Marie-José » soulève l’enthousiasme du public, notamment guadeloupéen, déjà très friand de ce jeune chanteur.

Meilleur artiste reggae de l’année, au prix SACEM, auparavant justement récompensé par les « NRJ Misik Awards « comme « révélation ragga de l’année », Saël est le messager d’une musique à la fois portée par les flots de la jeunesse martiniquaise et universelle à la fois. Le reggae martiniquais a trouvé un messager humain et sensible. Bonne nouvelle Saël débarque maintenant en métropole avec son premier album. L’opus est sorti en juillet 2001 sous le nom de ”SAËL & FRIEND” et écoulé à jour à un peu plus de 45 000 pièces grâce à son méga hit ”Tchinbé red pa moli”. Récompensé en 2002 par 3 prix Sacem en Martinique (Succès, Auteur et Chanson de l’année) et un prix en Guadeloupe (Album Caraibe)...

L’Artiste enchaine cette année sous la houlette du compositeur Levy, un nouvel opus ”Ma vision” mixé par Goldwin Logie. Quelques featurings tels que Admiral T , Kolo Barst, Singuila, Daddy Mory & Manu de Baobab... On notera que l introduction de cet album a été rédigé par le père de la négritude : Aimé Césaire.

Il revient en octobre 2009 avec un troisième album intitulé ”Témoignage” et son titre clipé ”Péyi Ya”.

Discographie :

« Sael ”Ma vision” » (2005)
« Pleen & Valey » (2004)
« Sael & friends » DVD Concert Privé (2003)
« Sael & Friends » Édition Collector (2002)
« Sael & Friends » (2001) « 2 Hardcore» Marie-José (2001)
« Don’s collector » (2000) « Pas comme les autres » Feat Admiral T
«Dance Hall News » (1999). Jérusalem », « Ils s’éternisent », « Pa stop li » Feat Marcus

Hey ! Suis-nous sur Facebook !