Abdallah - 1435 (Lyrics - Paroles)

Par , publié le 20/02/2014 à 9:47 - 3 442 vues
1 J'aime 0 Je n'aime pas

Abdallah - 1435 (Lyrics - Paroles)

Abdallah - 1435 (Lyrics - Paroles)
Je créé l'attente à chaque ceau-mor, tu crois qu'j'fais exprès ?
Mais j'attends juste la déprime pour lâcher l'extrait
Conscient ou pas, akhi, j'fais que des textes vrais
J'veux pas qu'on m'aime, moi, j'veux cesser de me détester
Tester, tester, tester : qui peut ?
Mes deux poings sont les seuls membres de mon équipe
Asocial comme un autiste depuis tit-pe
J'prie pas pour que mon frère tombe pour dédicacer ry-Fleu
Han ! Et, dernièrement, j'pense qu'à m'tirer
Quand j'suis inspiré, j'suis triste, quand tout va bien, j'suis plus inspiré
Puis, si tout va bien, mec, dis-moi : qu'est-ce que t'en as à cirer ?
N'dis pas qu'tu rappes pour la gloire depuis qu't'as commencé à serrer
Han ! Ce genre de questions habituelles
Depuis qu'écrire n'est plus un besoin mais un rituel
Mais j'continue à rapper dans des petites ruelles
Et que Dieu m'maudisse si j'fais un feat avec Patrick Bruel
Ou bien avec Tal, j'parle de Tal, négro, pas de Abou Tall
À chaque fois qu'j'prends le micro, j'donne la totale
J'me force à mettre un dos d'âne, crois pas qu'j'avance à dos d'âne
Ton rappeur préféré sort du zoo, moi, je descends d'Adam
On n'a pas les mêmes armes, tu joues d'la flûte, je joue d'la sarbacane
Khey, une époque de pharaon, mais l'orgueil est après l'âme
Ouvre les yeux, tu verras qu'Mysa endosse le rôle d'Abraham
Je suis venu, j'ai vu, j'ai été vaincu par le Sheïtan
Je n'suis pas plus blanc que mes soeurs qui font le Khessal
Les chaines sont mentales, fais gaffe à qui tu auréoles
Ton idole vendra ta cause, comme Beyoncé chez L'Oreal
Nous, on prend des positions, tout c'qu'le rap français délaissa
Le diable s'habille en Prada et les anges en LSA
Faut que tu muscles ton opinion comme tu te muscles à la salle
En 2006, j'aurais été mort sans Bachar Al Assad
La technique du coup d'Etat, moi, je connais ça
D'Olympio à Sankara, la perte est colossale
L'ingérance est une manoeuvre néocoloniale
Pour renverser les ennemis de l'Empire comme le Colonel
La vérité prie, donc je reste serein
On ne fait pas de Jihad avec du gaz Sarin
Guerre médiatique, complotisme et espionnage aérien
Je suis arabe, je ne peux pas être un bon aryen
Imbécile, t'as rien compris, viens pas polémiquer
On s'entretue, mais c'est la LDJ qu'il faudrait niquer
La LICRA a instrumentalisé notre peine
Pour faire de nos revendications un appel à la haine
On m'a parlé du bouddhisme et de son harmonie
Qu'on m'explique le sort des Rohingyas en Birmanie
Qu'on m'explique le silence de la télé
D'Al-Walid ben Talal, du prix Nobel de la pègre
Abda-la-lah là où on n'm'attend pas
Quand j'ai la flemme, j'suis chépèr, quand j'suis chaud, j'fais un attentat
Ça sent le classique, c'n'est pas du rap d'Atlanta
Il t'accompagnera sur toutes les routes que tu arpenteras
Les trois quarts des rappeurs français sont à chier
Le pire, c'est qu'ils ont tous la conviction d'être plagiés
Trop d'sons chaque semaine, j'n'écoute même plus c'que les sites relayent
Tout va si vite, moi, j'suis la relève de la relève
Ton punchliner fait pas des punchlines mais des blagounettes
La punchline est morte quand le terme "punchline" a du naître
La punch est une technique, non pas un style de rap
Comme un auteur qui dit : "Achetez mon livre, j'suis fort en orthographe !"
Damn, c'est la loi du game
J'suis fier d'avoir cé-per sans jamais vanter ni shit, ni cocaïne
J'm'en bats les reins que Maître Gims pèse plus qu'hier
C'que j'veux, c'est entendre Bilal faire l'appel à la prière
Y'a tout un monde qui nous sépare
Je n'serai jamais être une star, j'me suis mis à dos le Betar
Rien d'extravagant, khey, j'ai le mode de vie d'un blédard
Ma femme est dans la cuisine, et j'bouffe ce qu'elle me prépare
Akhi, j'n'ai personne : j'n'ai pas de famille, j'n'ai pas de pote
Moi, j'n'ai qu'ma femme, et j'la fais souffrir plus que tous les autres
Ouais, j'fais des trucs de ouf pendant que, ma Hlel, elle dort
J'rêve plus d'une Victoire de la musique mais d'une quenelle d'or
La vie est un test et j'espère être repêché
Ma question préférée : qu'est-ce j'vais faire de tous ces péchés ?
J'vais faire de tous ces péchés, dis-moi : qu'est-ce que j'vais faire de tous ces péchés ?
Les plumes de la destiné sont rangées, et l'encre des feuilles est séchée
J'rappe pas pour amuser le monde, donc on veut mon musellement
J'suis à l'ancienne, comme le calendrier musulman
Je n'suis qu'une ombre, j'existe à la lumière puis je repars
Pas de ce monde, j'suis né 1435 ans en retard

[Outro]
Le rap n'est pas mort : je suis toujours en vie

Si ces paroles contiennent des erreurs, tu peux les corriger en cliquant sur le bouton Correction ci-dessous.

Abdallah

Titre: 1435
Tags : Abdallah,
Envoyer
Favoris
Correction
Embed