Revolution Urbaine - Les enfants du soleil (Lyrics - Paroles)

Par , publié le 19/05/2014 à 20:10 - 553 vues
0 J'aime 0 Je n'aime pas

Revolution Urbaine - Les enfants du soleil (Lyrics - Paroles)

Revolution Urbaine - Les enfants du soleil (Lyrics - Paroles)
[Refrain : Briganté]
XXX, história de XXX sem sol
Lágrimas XXX olhos, coração cheio de ouro
XXX mata XXX, lutando com o diabo
Tocar o céu XXX, levantar me se eu cair

[Couplet 1 : Zino]
Viens faire un tour en bas d'chez moi
Les favelas [répondent "Nia" ?], l'État nia
– ses lois, sous marijuan', on attend le jugement final
Les innocents aux mains pleines veulent qu'on soit coupable
Les avocats témoignent pour que j'y laisse mon patrimoine
Les yeux vers le ciel, seul, je contemplais la Lune
Mon frère aîné est décédé dans la nuit
Je réalise que je vais céder à cette allure
Si ça continue, c'est décidé : je les allume
Pendant que les touristes pensent à se mettre du monoï
Ils espèrent voir une pierre tombale à mon nom
Alors non, je n'irai pas braquer pour la money
Allons bon, plus tard, je serai une star du ballon rond
Parfois je rêve de gagner la bataille
De Dolce & Gabbana, d'bronzer à Copacabana
Mais la réalité s'abat, contre toi, contre moi
La liberté j'entrevois

[Refrain : Briganté]

[Couplet 2 : Makiavel]
Hijo de la calle, que se cree hombre
Un bandolero que no respeta su madre
Su único sueño ser el mero mero
Un ladrón que no puede vivir sin dinero
Voilà l'histoire d'un jeune perdu
Sourire aux lèvres, venu en France respirer de l'air pur
Pas d'raison, que des excuses
Le racisme prend du poids donc mes mots, je ne les pèse plus
Mon père n'a pas d'taf et roule en Benz
Ma mère attend les bons d'la CAF et fouille les bennes
Au bord d'la mer, j'me prélasse cool
Y'a mes fratellos, plein d'or au cou, pas d'quoi payer mon casse-croute
Et si tu rayaves, tu bédaves, tu pashaves
Rappelle-toi qu'ces mots viennent de chez nous, poto, y'a pas d'mal
J'ai dû partir et tout perdre
Et puis j'ai regretté quand mes yeux se sont ouverts

[Refrain : Briganté]

[Couplet 3 : Briganté]
XXX siempre, don't play with Dom tha jefe
Dans la cité des anges, j'ai les ailes coupées par l'auré –
– hall que je squatte, with the families, the drugs I smoke
Fuck todo enemies
Protège mon bario avec mes XXX, fait des virées carnages
Le corps rempli d'tatouage et tant d'rage
Condés semblables, juste un coin d'rue nous sépare
Venus p't'être du même village, venus p't'être du même rivage
J'alimente les rues pour les toxs en manque
J'fais cramer la cuillère quand les potes s'en vont
Fais des éloges funèbres pour des corps sans noms
Encore, j'm'enfonce, le diable m'accorde son temps
J'pense pas passer la trentaine, j'pense pas passer la vingtaine
J'compte même pas passer la ruelle, en fait
J'suis qu'un prisonnier d'plus dans un gang
Et si ça t'enchante, mon frère, XXX

[Refrain : Briganté]

[Outro : Briganté & Zino]
XXX
Rapproche-toi, viens voir
História de XXX sem sol
L'histoire des enfants sans soleil
Lágrimas XXX olhos
Des larmes plein les yeux
Coração cheio de ouro
Le cœur remplit d'or
XXX mata XXX
On s'entretue dans la rue
Lutando com o diabo
On marche avec le diable
Tocar o céu XXX
Fumer pour toucher le ciel
Levantar me se eu cair
Et relève-moi si je tombe

Si ces paroles contiennent des erreurs, tu peux les corriger en cliquant sur le bouton Correction ci-dessous.

Revolution Urbaine

Titre: Les enfants du soleil
Tags : Revolution Urbaine,
Envoyer
Favoris
Correction
Embed