Révolution urbaine - La Provence (Lyrics - Paroles)

Par , publié le 06/02/2014 à 22:24 - 3 002 vues
1 J'aime 0 Je n'aime pas

Révolution urbaine - La Provence (Lyrics - Paroles)

Révolution urbaine - La Provence (Lyrics - Paroles)
[Intro]
"Longing for light, we wait in darkness
Longing for truth, we turn to you
Make us your own, your holy people
Light for the world to see"

[Couplet 1 : Makiavel]
En route vers le progrès, une politique d'un autre age
À bord d'un porte-avion qui a peur du naufrage
Marseille et ses allures trop calmes
La capitale de la fracture sociale
De nos jours, faire de l'argent, c'est fastoche
*Boom boom*, un homme est mort pour une sacoche
Ou pire pour une XXX, on vit sur le fil du rasoir
On tiendra pas longtemps mais tout l'monde s'accroche
Ils montent au créneau une fois qu'le sang est propagé
Mais les requins n'ont pas besoin d'apprendre à nager
Ici, on n’en a rien à foutre de leur ministère
Plus vicieux qu'une boutique de fleurs face au cimetière
J'ai voulu planer, les stupéfiants sont prohibés
Alcool et suicide : autorisés
La colombe est morte, il nous reste plus qu'à tout niquer
Étant donné qu'on rentrera pas tous dans leurs comités
Vous êtes fous, devant qui vous prosternez-vous ?
Jeunes moutons, le berger est pire que le loup
Tu votes à gauche, hein, t'es brave, t'es un rebelle
Avec ton SMIC, t'es un esclave moderne
J'm'en bats les couilles d'être sur la liste
J'fais juste le vrai travail d'un journaliste
J'dois taffer plus dur, j'suis mal vu comme un salafiste
Les petits n'auront pas d'futur, mais ils pensent que c'est ça la vie
Ils parlent d'armes et veulent savoir qui vendent le plus
Le savoir est une arme, ma culture vous tire dessus
Exilés partout depuis l'Apartheid
On vient juste récupérer c'qui nous appartient
Celui qui braque taffe à BNP
Ils font exploser l'audimat sur la TNT
Ils parlent de Marseille mais n'ont jamais mis un pied
Et y'a comme un goût de FN à l'UMP

[Couplet 2 : Zino]
Le bâton du berger face aux brebis égarées
Au pays du coq, tous les képis crèchent au poulailler
À croire que les États s'unissent pour mieux nous manier
Pendant qu'ceux qui nous dirigent crient : "Ben Ali Bomayé !"
Marseille, capitale de la kalash russe
Braquages, armes, arnaques, Dallas, putes
Barrages, khamsa, gratte la carte à puce
On se croirait à Gaza en matant CANAL+
Les mafias d'Asie, les bandes organisées
Les Roms veulent légaliser le vol d'or, gars, tu sais
Les skins et les nazis font leurs bails discrets
Le shit et l'ecstasy t’emmènent à Walt Disney
Les écrits des journalistes, tu glisses
– que si t'es Surya Bonaly, le fisc
– te surveille, demande à Mélanie, ton fils
– sera victime d'une anomalie, ouvre les yeux mon ami
Une femme nue en Roumanie, des détenus au Mali
Des guerres et des manifs, un peuple nourrit au maïs
Ici, ça fume la weed, personne joue à la Wii
Que des guns et des calibres qui tirent pour fêter l'Aïd
Tu tises, tu smoke, époque no life
Tu sniffes la coke tout en sachant que la drogue t'aura
Bernard Tapis pour sauver le championnat
De Marseille à Manchester, demande à Cantona
Au chômage avec un doctorat
Tu seras pas la mère de mes gosses si tu mets du gloss, connasse
Un salaire en toc face à ton boss, gros lard
"Tu veux faire le tour du globe, faut que tu bosses, connard !"
Quand l'huissier fait *toc-toc* face aux gosses, normal
Soit disant que d'notre faute, vas-y, pose ton arme
J'écris sur mon bloc-notes ce qui cause ton mal
Ce que j'raconte, je l'ai lu dans l'journal

[Couplet 3 : Briganté]
*Click-click, clac-clac, p-p-p-p-pah-pah !*
Voici les symphonies qui font marcher au pas
Marseille s'embrase, c'est c'que disent les médias
Depuis qu'la pauvreté a balayé leurs lois
Discrimination, affront à la nation
Nos habitats n'sont pas dans leurs habilitations
On vit que pour la réputation
Il manquerait plus qu'l'un d'entre nous aille plastiquer un fourgon
Tu veux savoir c'que j'en pense ?
Rien vu qu'j'marche avec les mecs qui font flipper la France
Connais-tu l'odeur d'l'acide dans un block ?
Seringues mortes, à huit ans, j'côtoyais les tox', le proc'
– distribuait les peines comme du pain
Et moi j'termine le mot au menu larcin
Ici-bas, tout va bien, cousin
Et l'centre-ville XXX l'guichet parisien
Le nord N sur le trafic, c'est la loi du métallique
Saluez les parias en provenance d'Afrique
Le sud n'a plus rien d'magique, balistique sur balistique
Et ta daronne croit toujours qu't'es l'plus sage de l'équipe
C'est soit t'es cruel, ou soit la truelle
Et la crasse a recouverte toute la beauté d'nos ruelles
Duels entre mafieux et politiques
Lesquels d'entre eux battra des records niveau banditisme ?
Bloqués dans l'escalier, va savoir tout ce qui nous échappe
J'suis l'allié des tannés, donc on t'invite à ranger ta plaque
Toute la journée dans les vapes à leurs faire croire qu'on a gobé toutes leurs blagues
Remballez, j'suis vacciné [aux népalais ?]

Si ces paroles contiennent des erreurs, tu peux les corriger en cliquant sur le bouton Correction ci-dessous.

Révolution urbaine

Titre: La Provence
Tags : Révolution urbaine,
Envoyer
Favoris
Correction
Embed