Tiers Monde - Coeur Au Beur Noir

Coeur Au Beur Noir Lyrics

Esclave:



Nos coutumes comme remparts

Y'a pas que le désert Sahara qui nous sépare

Bamako Alger Rabat Dakar

Piégés nos rêves d'unité sont tricards

Nos relations de frères africains, arabes et noirs

Une lame sur les artères crèves dans la baignoire

De mon côté t'es trop rebeu trop XXX

De ton côté je suis trop kahlouche , trop khel , trop mais trop noir

Comme les crips et les bloods

Aucun mariage n'est interracial dans mon hood

Demandes la main d'une soeur ils te couperont le coude

Du hadj au marabout tous veulent en découdre

Ici les coups de foudre

Deviennent des coups de poudre

Braah sur ton mektoub

Peut importe si t'es un mec bien ils viennent te shoot

Et dans nos cités dortoirs ca hagar

T'es victime d'un coeur au beur noir

Et dans nos cités dortoirs ca hagar

T'es victime d'un coeur au beur noir



Maitre :



Meme dans le din quand c'est nègre c'est nègre

Préfèrent renier leur fille que de mettre un khel

Marié dans la famille ca c'est clair et net

Ne sont plus en quête d'aucune hassanete

Rien de personnel

De l'imam au caïd

On arrive plus à être d'accord même pour le jour de l'Aïd

Rigides sont les armes

Tacites sont les larmes

Victimes d'un coeur au beur noir c'est le drame

Meme entre nous ca devient risqué

Entre un Wolof , un Sérère, un Pulaar , un Soninké

C'est les règles des castes et des pedigree

Un cordonnier ne peut marier à un guerrier

Meme entre vous je comprend rien

Des parents marocains ne veulent pas d'un tunisien

Des parents tunisiens ne veulent pas d'un algérien

Des parents algériens rejettent le marocain

Dis moi pourquoi aucun ne fait ce qu'il veut

Si c'est pour le regard des autres j'irai leur crever les yeux

Petit frère c'est le nerveux

Envoie son équipe

Frères ennemis nous sommes renois et rebeus

Si les paroles de 'Coeur Au Beur Noir' contiennent des erreurs, laisse nous un commentaire. On fera le maximum pour les corriger dans les plus brefs délais.

Hey ! Suis-nous sur Facebook !

Lâche ton Commentaire