Kemi Seba donne son avis sur le clash Booba vs Tariq Ramadan

Par , publié le 17/07/2014 à 19:28 - 1 790 vues
1 J'aime 0 Je n'aime pas
Kemi Seba donne son avis sur le clash Booba vs Tariq Ramadan

Kemi Seba parle du clash Booba vs Tariq Ramadan !

Suite à la récente opposition qui a eut lieu entre Booba et Tariq ramadan, concernant le conflit Israelo-Palestinien, Kemi Seba a tenu à donner son avis au sujet de ce récent clash entre le rappeur et le philosophe, voici ses propos :



AU DELÀ DU CLASH BOOBA-TARIQ RAMADAN, LE SLOGAN « NI PRO-ISRAÉLIEN NI PRO-PALESTINIEN », UNE RÉFLEXION DE FOND SUR L’INQUIÉTANTE MONTÉE DU NIHILISME AU SEIN DE LA COMMUNAUTÉ AFRO-CARIBÉENNE FRANCOPHONE]
LETTRE OUVERTE A TARIQ RAMADAN PAR KEMI SEBA
Beaucoup de personnes (dont moi-même) sensibles au drame humain touchant Gaza et sa population assiégée par la barbarie colonialiste sioniste, ont été heurtées par le post à la fois désinvolte et violent que le frère Booba a fait contre bon nombre de gens l’exhortant à prendre position en faveur de la Palestine.
Renvoyant dans les cordes toute personne qui le poussait à s’exprimer sur le conflit Israélo-palestinien, mettant au même niveau les COLONS et les COLONISÉS, Booba a commis, me semble t-il, une faute morale (même s’il a toujours dit qu’il se foutait de la morale, reconnaissons-lui une constance dessus), et de communication grave, qui aura sans doute, malheureusement pour lui, des répercussions sur son audience dans les années à venir, sauf s’il revient en arrière (ce que je lui souhaite sincèrement).
En réaction à son attitude, des condamnations violentes ne se sont pas faites attendre.


Pour la plupart, la réduction ad-sionistum (tu n’es pas pro-palestinien donc tu es manipulé par les sionistes) a suffit à le disqualifier à leurs yeux. C’est pourtant tout aussi grossier que la forme du post que Booba a rédigé que de raisonner de cette façon car ce qui sous-tend son attitude est bien plus complexe que cela…
Par ailleurs, dans son long message sur Instagram , Booba a rappelé que la plupart de ceux qui militaient pour la Palestine en Europe était originaire d’Afrique (du NORD en majorité, mais aussi d’Afrique noire), mais ne s’était d’habitude jamais autant mobilisée quand il s’agissait de dénoncer les guerres impérialistes en Afrique, qualifiées par les médias-mensonges de conflit interethniques (stratégie d’exacerbation des tensions ethniques par l’oligarchie mondialiste, dans le but de balkaniser plus encore le continent africain). Avait-il tort sur ce point? Non. C’est un cruel constat.


Mais au-delà de BOOBA, il y a une réalité qui sonne comme un coup de tonnerre sociologique, et sur laquelle les penseurs libres, quels qu ils soient, devront tôt ou tard se plonger et analyser, plutôt que se braquer les uns contre les autres.


Savez vous que ce slogan « NI PRO-ISRAÉLIEN NI PRO-PALESTINIEN » est très répandu chez bon nombre d’Afro-Antillais Monsieur Ramadan? Savez vous que malheureusement à ce sujet Booba n’a rien inventé?
Savez-vous monsieur Ramadan, que cette fièvre nihiliste (perte de foi en l’avenir, pessimisme et absence de vision vis à vis du but de l’existence) qui guette bon nombre de mes semblables est directement liée à la crise identitaire que traverse les Afro-caribéens de la nouvelle génération? Crise identitaire dont profite le système consumériste qui veut nous pousser dans ce ravin du nihilisme passif, en nous faisant croire que l’on deviendra des hommes LIBRES UNIQUEMENT grâce à l’ARGENT (ne croire en rien d’autre que le billet, en gros, la « BIFFOCRATIE » pour parler le langage de la rue)?


Savez vous, sans pour autant rentrer dans une quelconque victimisation (qui ne nous aidera guère) que LA NÉGROPHOBIE GALOPANTE qui existe et persiste au sein de la communauté maghrébine, et aussi dans le monde arabe (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20140320090046/ ouhttp://www.slateafrique.com/415103/mauritanie-racisme-anti-noirs-discriminations ouhttp://www.etatdexception.net/?p=5396) a pour résultat que bon nombre de mes semblables (peu importe leurs religions) finissent par rejeter une quelconque solidarité avec les Arabes qu’ils considèrent comme étant eux-mêmes des oppresseurs, au même titre que les sionistes? Je vois déjà certains parmi mes lecteurs maghrébins réagir de manière hystérique en niant ces faits et en me traitant à tort (comme les médias dominants le font) de racialiste parce que je pointe du doigt le sort réservé à bon nombre de mes semblables (« quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage »).


A ces derniers, je dis: « jouons l’autruche si vous le voulez, ou analysons tout cela, et réglons-le ensemble, car l’Afrique (dans sa magnifique diversité) ne se lèvera, qu’en se donnant la main, du NORD AU SUD de l’OUEST A L’EST, comme le disaient Nkrumah et Nasser. Qu’on le veuille ou pas, nous n’aurons pas le choix. »
Je suis moi-même un rescapé de ce divorce psychologique réactionnaire vis à vis des Arabes.
J’ai haï (par réaction à la négrophobie que je constatais chez bon nombre de Maghrébins), le monde arabe, plus que de raison, avant de comprendre que ce dernier (comme les Latinos d’Amérique du Sud du reste) était, à différents degrés dirons nous, opprimé lui aussi.


J’ai compris qu’il faisait partie des damnés de la terre, COMME dirait FANON, et qu’il fallait donc, comme à l’époque des décolonisations, faire preuve de solidarité, car c’est en étant unis, uniquement unis, que les damnés de l’impérialisme, pourront se relever.
Mais l’unité, c’est un but à atteindre qui, pour se faire, devra passer par le processus de réciprocité dans les témoignages de solidarité et de fraternité.
Et le problème est là. Il n’ y a, dans la plupart des cas, pas de réciprocité. Que dire quand mes frères et soeurs (que certains qualifient de « KERLOUCHES ») se demandent publiquement:
« Ou sont les populations maghrébines lorsqu’il s’agit d’être solidaires des guerres impérialistes sous proxy tribalistes qui se déroulent sur le continent africain? Kivu? Mauritanie? Cote d’Ivoire? Soudan? Mali? »


Vous me direz: « Où sont les populations subsahariennes elles-mêmes? »
Et vous auriez raison, car c’est là aussi un cruel constat. On ne peut implorer la solidarité des autres si l’on ne se sent pas soi-même concerné par ses propres malheurs…
Je suis conscient, Monsieur Ramadan, que vous faites partie de ceux qui tentent de lutter contre le racisme qui existe au sein du monde arabe, mais malheureusement, ceci n’est actuellement pas suffisant face au déluge d’intolérance qui existe au sein de ce dernier (même si tout le monde n’est pas contaminé par cette idéologie de la supériorité des Arabes sur les non-Arabes, PRÉCISONS-le, là aussi).


Soyons certains que ceux qui bénéficient de ce fossé qui se crée sont ceux qui, depuis tout temps, ont tiré profit des divisons des peuples, divisions affaiblissant les masses, et donnant de fait, une suprématie à cette oligarchie solidaire, prédatrice, et pourtant si minoritaire…
Parlons-nous tous, urgemment. Que chacun descende de son petit cheval blanc. Réglons solidairement ces problèmes avant qu’il ne soit trop tard…
PS: si mes propos à votre encontre par le passé, dans leurs formes, ont pu vous heurter, veuillez, en ce mois de recueillement pour certains, m’en excuser sincèrement. Ne retenez que le fond (que j’assume à 700 %). L’heure est critique, et au-delà de nos égos, certains ont décidé de jouer avec notre destin comme il joueraient avec des légos, faisant de nos vies leur festin.
Comprenne qui pourra.


PS2: Si vous voulez un jour débattre de cette situation, à cœur ouvert, et dans la cordialité, sachez que je serai là, quand vous voudrez, et ou vous voudrez, en fonction de nos possibilités respectives. J’ose espérer en effet, qu’ayant répondu au frère Booba (cible facile en ce moment) vous serez prêt à débattre de manière plus constructive avec moi. Certes, je ne suis pas un UNIVERSITAIRE, mais un INTELLECTUEL DE LA RUE (c’est là que je m’y suis formé, ce qui est ma plus grande fierté) mais je pense que le débat pourrait réserver bien des surprises.
Pourquoi pas dans l’émission sénégalaise qui rayonne en Afrique de l’ouest actuellement, le GRAND RENDEZ VOUS, dans laquelle vous êtes déjà passé (http://www.youtube.com/watch?v=Bce6jIbzV0o), et que vous avez, semble t-il, beaucoup apprécié?


Notez que j’y travaille désormais comme chroniqueur, débatteur et analyste politique panafricain. Cela serait plus commode pour moi que de venir dans « votre pays », la Suisse, patrie dans laquelle je suis interdit d’entrée au motif que je serais un personnage jugé dangereux http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/autorites-genevoises-refoulent-predicateur-panafricain-kemi-seba/story/18547002.


En souhaitant profondément que nos divergences se transforment en convergence et que mon frère Booba re-devienne, pourquoi pas un jour dans sa musique, un fer de lance de dignité et de non compromission (c’est ce qu’il était à ses débuts, avant de progressivement se perdre dans cette matrice capitaliste). Car, quelles que soient les critiques qui lui sont apposées par-ci par-là, nul ne pourra jamais nier, qu’il est un génie dans son domaine (le rap). Un génie qui pour l’instant est instrumentalisé par des gens qui se moquent de nos souffrances et qui lui font croire que l’argent est le seul but dans la vie. Ces mêmes qui ont été les plus grands bénéficiaires du système esclavagiste, puis nos prétendus amis aux USA durant la lutte pour les droits civiques (dans le but de contrôler nos revendications) ou qui ont fondé SOS racisme en France et qui nous labellisent désormais, pour un oui ou pour un non, d’antisémites dès lors que l’on ose remettre en question la sur-représentativité de certaines communautés dans les instances de décision de toutes les sociétés occidentales.


Ne perdons pas espoir. « Certains crachent dans le puits… d’autres essayent d’y prendre de l’eau », comme je le dis souvent à mon jeune ami,, le rappeur Medine (votre petit frère).
PS3: Quant aux rappeurs, bien que j’aime profondément le rap (et je me moque du qu’en dira t-on), il faudra tôt ou tard faire des choix. La compromission avec les négriers de la musique n’est pas une fatalité. Même les rappeurs américains les plus populaires (que beaucoup de MC de France admirent) en l’occurrence JAY Z (via son poulain de génie, JAY ELECTRONICA), sont entrain, à l’heure actuelle, après moult compromission, de se rapprocher à pas de géants ces derniers temps, de la mouvance luttant pour les droits de notre peuple outre atlantique (quoi que les Français puissent penser de cette dernière, ce n’est pas le sujet). Et ce rapprochement fait trembler l’industrie du disque.


Booba ne disait-il pas « La France, c’est les Etats-Unis avec 10 ans de retard au moins? » https://www.youtube.com/watch?v=NrLySBUc9JE&feature=youtu.be.
Alors ne prenez pas que ce qu’il y a de plus nocif venant de là-bas. Inspirez-vous aussi de ce qui se fait de bien, en l’occurrence LA SOLIDARITÉ ENTRE les acteurs de la conscience africaine agissant sur le terrain en Afrique et les rappeurs. Dire cela ne signifie pas que l’on mendie votre soutien (bien au contraire), mais que l’on sera tous plus forts en se donnant la main, au lieu de penser que chacun peut tout faire tout seul.
Paix, affection, force et honneur.


Kemi Seba, activiste panafricain, auteur des ouvrages Supra-Negritude, Black Nihilism (à paraître en Septembre) chroniqueur TV et analyste géopolitique dans l’émission le GRAND RENDEZ VOUS, conférencier dans les Universités d’Afrique de l’Ouest.


Booba

Tags : Booba,
Envoyer
Favoris
Correction