Les féministes ont toujours une dent contre Orelsan

Par , publié le 16/01/2012 à 23:28 - 1 614 vues
0 J'aime 0 Je n'aime pas
Certaines histoires vous collent vraiment à la peau ! Dans le cas d'Orelsan on la connaît : une chanson qui n'est même pas dans son 1er album, « sale pute », la notoriété arrive et vous connaissez la suite...

En tournée à travers la France, Orelsan a fait face à de vieux fantômes à Nantes, car le Crash (Collectif Radical Anti Sexisme et Homophobie) s'est fait entendre grâce à ce communiqué :

« N'y a-t-il eu personne, dans toute l'équipe du nouveau lieu culturel Nantais, pour s'opposer à ce spectacle ? Il n'est pas ici question de censure, mais plutôt de bon sens le plus élémentaire. Accueillir un artiste dont certaines chansons contiennent des messages explicites d'appels à la violence (contre les femmes plus particulièrement), revient à cautionner ces propos. [...] »

« Dans la majorité de ses chansons, il banalise la violence sous toutes ses formes par des allusions explicites aux violences domestiques : rapports sexuels dominés par l'homme, viol conjugal, violence physique pure... Sois belle et laisse-moi te dominer, telle pourrait être sa devise ».

Le plus ridicule serait qu'on lui pose encore la question ou qu'on assiste à ce genre de choses pour son 3eme album...

Les féministes ont toujours une dent contre Orelsan
Envoyer
Favoris
Correction