Joeystarr

Biographie de Joeystarr

JoeyStarr — nom de scène de Didier Morville — est un rappeur français, également compositeur, producteur et acteur, né le 27 octobre 1967 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Il possède plusieurs autres surnoms qu'il s'est attribués dans ses chansons : « Jaguarr Gorgone », « Double R », « L'Expert de la Maison Mère », « le BOSS » ou « La grosse caisse » (sa voix grave et éraillée appuie le flow des graves, par comparaison avec Kool Shen, la « caisse-claire », qui a un timbre plus haut).

JoeyStarr, en duo avec Kool Shen, a fait partie du groupe Suprême NTM, qui a marqué l'histoire du rap et du rap hardcore français durant les années 1990. Le groupe s'est arrêté en 1998 puis a été reformé dix ans plus tard en 2008. Personnage ambivalent, rappeur à la personnalité instable, parfois violente, Joey le Bad Boy est devenu une figure connue du grand public au fil de ses démêlés avec la justice. Malgré cela, son manager Sébastien Farran lui reconnaît une qualité première, celle de l'authenticité qui se reflète dans ses textes : Joey la Starr est un personnage entier.

Né en Seine-Saint-Denis , JoeyStarr a connu une jeunesse difficile, dominé par un père violent, ultra-autoritaire et incapable d'affection, qui l'expulsera du domicile familial à sa majorité, en 1985. Tout jeune encore, il est retiré à sa mère dès l'âge de cinq ans (il ne la reverra que dix-huit ans plus tard), frappé et harcelé par un père aigri par son passé. Un jour, son père tue violemment (par trente-deux coups de planches) l'animal préféré du petit Didier, un lapin, le met dans une casserole, puis le lui fait manger. De lui, il dira plus tard à la sortie de sa biographie : « Il a des circonstances atténuantes. Aux Antilles, il a dû se battre pour aller à l'école. On lui demandait de ramener de l'argent à la maison, pas des devoirs. Avec moi, pas de dialogue, il avait viré ma mère ».

Vivant dans un deux-pièces de la Cité Allende de Saint-Denis, elle-même classée en ZUS, son père le rudoie régulièrement depuis des années : « T'arriveras à rien, t'es qu'une merde ». Forcément, cela en devient une doctrine pour Joey. Plus tard, il s'imagine comme le personnage de Tony Baretta « Flic et gangster. Drogué dans une chambre de bonne ». Pourtant, il sait lire et écrire malgré les fautes d'orthographe. Il aime bien l'explication de texte et la rédaction.

JoeyStarr, entre l'âge de huit et quinze ans, passe ses vacances dans sa famille des Antilles où il s'ennuie le plus clair de son temps, ne parlant pas créole. Dès l'âge de douze ans, il devient voleur et décroche scolairement pour redoubler sa sixième et sa cinquième. Il ne dépassera jamais la classe de troisième et aboutit alors au pensionnat privé de Clamart puis de Joinville pour un temps. Son premier contact avec les drogues a lieu avec la colle à rustine, puis avec son premier joint, en 1980. Il écoute alors de la musique funk, jazz rock, mais aussi Kraftwerk dont il achète l'album7 et danse dans la cité, faute de pouvoir entrer en boîte de nuit.

En 1985, il effectue son service militaire en Allemagne à Baden-Baden, plus précisément dans la garnison de Saint-Wendel,au 1er Régiment Cuirassiers où il passe « dix-neuf mois d'enfer » et se retrouve plusieurs fois en cellule8. Il en retire un sentiment de révolte que l'on peut lire dans les paroles de Quelle gratitude de l'album Authentik9. De 1985 à presque 1987, durant un an et demi, il est alors « sans domicile fixe » et à l'âge de dix-neuf ans, ayant quitté son père définitivement, il passe son temps dans les couloirs du métro et dans les catacombes. Il évoque alors la violence et la découverte des drogues dures qui ont marqué cette période. Selon ses termes, il « prend tout ce qui traîne ». Heureusement cela ne dure pas, c'est pour lui l'heure de la révélation du hip-hop et de l'Electric Boogie : « la danse est arrivée et ma vie a changé ».

C'est à l'âge de seize ans, en 1983, que Joey fait, par l'intermédiaire de son meilleur copain du moment, la rencontre avec Bruno Lopes qui habite la résidence d'à côté de la cité et qui ne s'appelle pas encore Kool Shen. Il possède un poste radio de type boom box « mortel » qui intéresse Joey. Mais c'est durant cet été-là, durant le mois de juillet, avec son nouvel ami et d'autres, qu'il voit évoluer sur le parvis du Trocadéro des américains break danceurs qui lui offrent sa première vocation : danseur de Hip-hop ou smurfeur. Ou comment sublimer sa révolte ou sa rage de survivre au travers de la danse. Bruno dénichera finalement un grand bout de linoléum pour breaker avec Joey et faire des prestations publiques.

Plus tard, il devient graffeur et impose partout au sein de Paris, sa marque : NTM. Avant de se consacrer au rap, les deux compères font une rencontre décisive avec Johnny Go, premier producteur d'un disque maxi-tour français de rap, qui pique l'égo de Joey (et celui de Bruno au passage) en lui confiant : « le rap est réservé à une élite ». Dès lors, il compose avec Bruno ses premiers textes, pour aboutir à des premiers concerts dans des MJC, où leurs premiers fans faisaient partie de leur entourage de quartier.

En 1988, après plusieurs essais de noms successifs dont 93 NTM, le groupe NTM est créé avec Kool Shen. Lors de la sortie du premier titre en 1989, Joey ne pourra pas encaisser son premier chèque, faute de banque et d'adresse fixe. Pour lui, NTM n'est pas « une joie de vivre mais une joie de survivre à travers un paysage super gris ». Après quatre albums réalisés en studio, de nombreux singles, lives, remix, plus de cinq cent concerts à mouiller le maillot et une reconnaissance du public, le groupe se dissout durant les années 1998 - 2001. Cela est vécu comme une véritable déchirure pour Joey. Pour lui, c'est pire qu'une séparation de couple : « On a vécu une aventure ensemble. Tu étais ma famille ». Dix ans plus tard, le 13 mars 2008, il décide d'un commun accord avec Kool Shen, de le reformer pour une série de concerts à Bercy et une tournée nationale.

Joey se consacre dès lors à son label créé en 1998 : B.O.S.S. ou Boss Of Scandalz Strategyz, avec DJ Spank, DJ Naughty J, DJ James et Terror Seb, surnom donné à son manager. Pour Kool Shen, ce sera un autre label : IV My People. Dès lors, les deux rappeurs ne se parlent plus. Une poignée de main serrée sans un mot scellera la fin de l'amitié, lors de l'enterrement de Lady V, l'ancienne compagne de Kool Shen.

Avec cette boîte de production, il sort dans les années 1999, 2000 et 2004, des maxis (singles vinyles) et trois compilations, qui regroupent une quinzaine de rappeurs au sein de son label, comme Lord Kossity et Sniper qui quitteront assez rapidement le groupe pour voler de leurs propres ailes. Un disque DVD sort également : « Who's The B.O.S.S. », qui suit en vidéo toutes les pérégrinations du collectif en tournée et en studio.

Joey, avec le concours de DJ Spank, a par ailleurs produit, en 2006, d'autres artistes : l'album d'Iron Sy (Irony), ainsi que le single de Nathy (Jump Up), et un album de D. Dy. Finalement, en 2007 le label se restreint après le départ de Naja et de la Vip-R. DJ Spank le quitte alors à son tour pour animer, en direct de New York, l'émission de Radio FBI Show, qui passe sur Skyrock. Pour entériner la fin du label, le groupe allemand Hugo Boss fait interdire l'utilisation de la marque.

   

Lâche ton Commentaire