The Black Seeds

  •   THE BLACK SEEDS
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A
  •   N/A

Biographie de The Black Seeds

Fine fleur de la scène musicale reggae et roots du Pacifique, THE BLACK SEEDS ont forgé leur réputation grâce aux succès de leurs albums et d’impressionnants concerts en Nouvelle Zélande, en Australie, aux Etats-Unis et en Europe. Ils ont récemment signés avec le label Européen Sonar Kollektiv et Rough Trade aux Pays Bas pour la sortie de leur album en Europe INTO THE DOJO pour l’été 2007. Cette sortie accompagne le retour en tournée des 8 membres du groupe après deux tournées couronnées de succès en 2005 et 2006.

THE BLACK SEEDS sont originaires de Wellington, une petite ville côtière et venteuse, capitale de la Nouvelle Zélande. Le reggae s’inscrit dans le style de vie néo-zélandais (Kiwi) et fut accueilli chaleureusement dans les années 70, semant les graines pour le développement d’une foisonnante et bourgeonnante scène reggae/roots dont Wellington a accueilli des groupes emblématiques tels que Fat Freddy’s Drop et le mythique Trinity Roots aujourd’hui séparé. Les groupes néo-zélandais ont réussi à créer un son unique qui reflète parfaitement l’état d’esprit de ce pays encore ’inexploré’. Mélange de reggae, dub, funk et soul avec un zeste de pacifique, la musique des BLACK SEEDS a développé sa propre authenticité, un style joyeux et festif et ce je ne sais quoi de mystérieux qui caractérise la musique néo-zélandaise.

Le Quartier Général des BLACK SEEDS, The Surgery est situé dans le quartier de Newtown à Wellington. Le bâtiment insalubre était un ancien centre de Karaté avec un superbe dojo. L’ingénieur du son des BLACK SEEDS, Lee Preeble a pris avantage d’un loyer peu cher en 2003 pour installer son studio qui depuis est devenu le lieu de répétition, le studio d’enregistrement et un lieu d’échanges, de rencontres pour le groupe qui y a écrit, produit et répété les 3 derniers albums. THE BLACK SEEDS ont commencé à faire danser les foules avec leur premier album KEEP ON PUSHING, sorti sur le label néo-zélandais Loop records en 2001. L’album, disque d’or, sort en Australie, Belgique, Suisse et France chez Productions Spéciales. Le premier single est N°29 des ’groove charts’ en France dans les discothèques (YACAST) et N°100 dans le classement général des discothèques.

Le second studio album en 2004, ON THE SUN, incorpore une nouvelle sonorité funk, soul au son dub reggae du groupe. L’album est N°3 des charts albums (double platinum) en Nouvelle Zélande, et installe le groupe en tant qu’un des groupes les plus importants de la scène néo-zélandaise. Le single SO TRUE devient une des chansons les plus populaires et les plus demandées en radio et en télévision néo-zélandaise. Le groupe s’inscrit de manière durable dans le paysage musical d’Aotearoa, l’autre nom de la Nouvelle-Zélande (le long nuage blanc en Maori), il est présent tous les étés et se produit dans les plus gros festivals.

Leur très attendu 3ème album INTO THE DOJO est sorti en Nouvelle Zélande fin 2006 restant 5 semaines No 1 des albums charts et double album de platine. Pour la première fois, l’écriture des morceaux a été réalisée par tout le groupe, et Daniel Weetman rejoint Barnaby Weir au chant. INTO THE DOJO a vu le jour après une année de création intensive. Il est aujourd’hui l’album le plus mature et le plus accompli des BLACK SEEDS. Sortie en France, le 27 août chez Sonar Kollektiv/Nocturne. Un 12” EP avec 4 morceaux des albums est sorti en Europe au mois de juin et disponible chez Best Seven/Sonar Kollektiv. Radio Nova est partenaire de l’album et le titre THE ANSWER est rentré en play-list. THE ANSWER est aussi présent sur la dernière compilation Best 7 Sélections, distribué internationalement par Best Seven/ Sonar Kollektiv. SOMETIMES ENOUGH est le morceau choisi par les All Blacks pour leur album officiel. THE ALL BLACKS, THE MUSIC à sortir chez Naïve début Septembre et qui présente la crème de la crème de la scène néo-zélandaise.

Formation :
Barnaby Weir – voix et guitare
Daniel Weetman – voix et percussions
Mike Fabulous – guitare et percussions
Nigel Patterson – clavier
Jarney T Murphy – batterie
Tim Jaray – basse
Jabin Ward – saxophone
Andrew Christiansen – trompette et trombone
   

Lâche ton Commentaire