Sinik - Boule de cristal

Boule de cristal Lyrics

J'ai consulté ma boule de cristal, j'aime pas la voyance, pourtant je vois Marine partir en guerre contre ma croyance.
Un drapeau nazi posé à l'Élysée, leur plan est grillé, frère, ils veulent nous interdire de briller.
Je vois des gens qui râlent, avec des banderoles, faux airs d'humanité, des bulldozers avalent des camps de roms.
Je vois les jaloux crever, la vie s'est cruel, normal vos résultats puaient comme ceux Puel.
Je vois des tsunamis, couper des tranches de seuf, respect la miss, si ta voiture n'est qu'une planche de surf
Je sens le mauvais goût, grâce à mon flaire nasale, sur TF1 je vois Zhaya remplacer Claire Chazal.
Je vois le rap çais-fran, faire pose, photo plume, mourir, d'une overdose d'autotune.
Pour quelques liasses d'euros, je vois les mômes se faire épingler,
Constat cinglant, le monde est cinglé.
Refrain :
On m'a dit : de vivre, alors j'ai vécu,
Mais j'ai compté les heures,
On m'a dit : 'frère, la vie s'est ça, il faut affronter ses peurs',
On m'a dit : 'non, y a pas de mal, c'est rien, y a plus de pleurs'.
On m'a dit 'gros, retiens ces mots, reviens la main sur le cœur'.
Alors, je suis sortis, j'ai visité le globe,
On m'a dit : 'frère, la terre est belle mais il faut quitter le bloc'.
On m'a dit : 'gros, tous tes collègues, touchent pas une cacahuète',
On m'a dit : 'frère, lâche pas l'affaire, bah bah, bah bah bah ouais'.
Je vois des hommes qui fuient la misère, des clandestins débarquent en paquebot
Sa place on s'y accroche comme Laurent Gbagbo
La France est sans alibi
Alors on ment, pendant qu'on tue des innocents, on veut faire croire qu'on sauve la Libye
Les clichés peuvent tuer, village Karnini,
Ça passe encore mais plus jamais Ylan Halimi.
Je vois des vies brisées, élèves en BTS, qu'on assassine parce-que les balles n'ont pas de GPS.
Je vois le crime roder, prudent et dispo,
Fais gaffe, les pédophiles reviennent en force tout comme le disco,
Je vois des coups qui pleuvent, les jeunes du bistro,
Crois-moi, la vérité, sort de la bouche de ceux qui tisent trop
Maintenant, il faut palper,
Je vois des valeurs crever, pour de l'oseille, les vomissements, se tuent à oualp.
On squatte le parking, à l’occasion, à la maison, la location, c'est 800 E la boite de sardines.
Refrain :
On m'a dit : de vivre, alors j'ai vécu,
Mais j'ai compté les heures,
On m'a dit : 'frère, la vie s'est ça, il faut affronter ses peurs',
On m'a dit : 'non, y a pas de mal, c'est rien, y a plus de pleurs'.
On m'a dit 'gros, retiens ces mots, reviens la main sur le cœur'.
Alors, je suis sortis, j'ai visité le globe,
On m'a dit : 'frère, la terre est belle mais il faut quitter le bloc'.
On m'a dit : 'gros, tous tes collègues, touchent pas une cacahuète',
On m'a dit : 'frère, lâche pas l'affaire, bah bah, bah bah bah ouais'.
Les yeux au fond d'une boule de cristal,
Je vois des rappeurs sans talent,
Beaucoup d'MC, qui tirent la langue à court de freestyle, la sèr-rni fiscale,
Je vois mon père souffrir, un disque d'or ça guérit pas son hernie discale.
Je vois le président, quand il parle à Fillon,
C'est l'élégant, incompétent, comme Arles Avignon.
Je vois les erreurs de frappe, c'est juste de la bombe, en vrai, c'est pas Eyra qui pilotait le bus de la honte.
Je vois des bouffons m'inquiétaient,
Quoi ? Tu ouvres, ta gueule ? Toi, que les mômes rackettaient.
Je vois des écarts de ouf, on bouffe de la brique,
Frère, te rends-tu compte que Ronaldo peut sauver l'Afrique ?
Des crises de sang froid, mais comment dire à sa mère qu'il était là, au mauvais moment, au mauvais endroit ?!
Renoie ou Française, Rebeue ou tisse-mé,
Laisse pas trainer ta fille, quand Fourniret, s'approche de Disney.
Refrain :
On m'a dit : de vivre, alors j'ai vécu,
Mais j'ai compté les heures,
On m'a dit : 'frère, la vie s'est ça, il faut affronter ses peurs',
On m'a dit : 'non, y a pas de mal, c'est rien, y a plus de pleurs'.
On m'a dit 'gros, retiens ces mots, reviens la main sur le cœur'.
Alors, je suis sortis, j'ai visité le globe,
On m'a dit : 'frère, la terre est belle mais il faut quitter le bloc'.
On m'a dit : 'gros, tous tes collègues, touchent pas une cacahuète',
On m'a dit : 'frère, lâche pas l'affaire, bah bah, bah bah bah ouais'.

Si les paroles de 'Boule de cristal' contiennent des erreurs, laisse nous un commentaire. On fera le maximum pour les corriger dans les plus brefs délais.

   

Lâche ton Commentaire