Vald - Urbanisme

Urbanisme Lyrics

[Couplet 1 - Vieux personnage]

"Ah, ces jeunes, il faut les voir, les voir et les entendre

Vu qu’ils braillent tous les soirs et puis qu’ils graillent de la merde

Faut les voir faire la queue d’vant les grecs et puis les squares

Pour d’la drogue et de la dope, ils fument du teush mais c’est quoi ?

À mon époque, y’avait des blocks car il y avait d’jà des blocks

Mais, ces blocks, ils étaient propres, y’avait des fleurs, y’avait des portes

Maintenant, c’est glauque, y’a que des halls, des halls avec des jeunes

Qui n’font rien mais qui dégradent, et puis qui boivent et puis qui chlinguent

Ils parlent de quoi sinon de rien, de flingues, de vie de chien ?

Avec la misère du monde sur les épaules, se lever tôt

C’est bien trop dur ? Alors bon, qu’ils fassent le mur une fois pour toutes

Et qu’ils dégagent, qu’ils aillent loin, oui, très loin, j’habite au-dessus

À mon époque, y’avait des profs, des gosses qui aimaient l’taf

Des forces de l’ordre au top et puis des punks dans l’underground

On était funs mais pas grossiers, on était jeunes et inconscients

Mais, eux, ils gueulent adossés sur les murs du bâtiment

C’est des chômeurs, des drogués, j’te promets qu'ça n’vaut rien

C’est des voleurs, des paumés, j’les connais, ces vauriens

Y’en a qui graffent, y’en a qui taguent, qui saccagent l’escalier

Qui pissent dans l’ascenseur, nan mais, bon sang, faut être damné

Moi, pour ces jeunes, j’ai pas d’censure, nan, ils ont rien dans l’cul

Sont bons qu’à s’plaindre du décor alors qu’c’est eux qui n’ont pas su

En prendre soin ; moi, dans mon coin, je regarde la téloche

J’les insulte de bon cœur et je déteste leur air moqueur

Et je déteste par dessus tout mes réveils au quartier

Ah, si seulement j’étais riche, assis seul sur ma péniche

Oui, je déteste mon quartier, tout est moche, tout est gris

Y’a tout qui hoche, c’est terrible, ah, si seulement j’étais riche"



[Couplet 2 - Jeune personnage]

Moi, quand j’suis né, y’avait des tours, des tours et puis des tours

J’avais des potes qui jouaient les fous, séchaient les cours et séjournaient

En bas des tours, j’comprenais pas, j’disais comme ça : "Mais, gros, t'es fou ?

On voit des tours toute la journée, toi, tu t’barres pour y retourner

Fais des détours, au moins, j’sais pas, fais l’tour, va voir autre chose"

"V, t’es sourd ou quoi ? J’t’ai dit : en bas des tours, j’y fais des sous

Entre les cours et puis les tours, j’aime mieux les sous pour faire les courses"

Oui, y’a des cours et puis des courses, et puis des sous en bas des tours

Et les yeux rouges, tout est beau, c’est beau, même ici-bas

C’est beau lorsque t’es soul, sinon, c’est fou c’que c’est sale

Hé oui, c’est flou, essuyez tout, c’est grave

Excusez-nous mesdames mais c'n’est sûrement pas nous ces dégâts

Ces vieilles peaux, je les connais : des pétasses fuyant l’trépas

De bien haut, elles nous regardent et nous épargnent jamais trop

Un jour né, puis c’est mort, tous les autres d'vant les journaux

C’est légendaire d’être aussi…

Ah, si seulement j’étais riche, assis sur ma péniche

J’aimerais quitter Beriz et vivre le rêve d’être paysan

Dans les rangs, je sens l’danger, je ne pense qu’à manger

Me venger ? Oui, mais de quoi ? J’aime à penser qu’j’ai pas d’plan B

Ce n’est pas moi mais c’qui m’entoure, j’m’en fous, je lève la voix

Mais tu n'sais pas c’qu’on encoure en bas des tours

Avec des fous qu’en font des fours, des folles qu’en font des tonnes

Des toits qui foisonnent tout, si bien qu’parfois j’en perds la boule

Alors, le soir, avec du shit, j’me dis qu’si j’étais riche

Je serais sur ma péniche avec du V dans la playlist

Alors, le soir, avec du shit, j’me dis qu’si j’étais riche

Je serais sur ma péniche avec du V dans la playlist

Mais, pour ça, il m'faut du shit

Si les paroles de 'Urbanisme' contiennent des erreurs, laisse nous un commentaire. On fera le maximum pour les corriger dans les plus brefs délais.

   

Lâche ton Commentaire