Kery James et Raphaël Enthoven, se clashent !
Kery James

Kery James et Raphaël Enthoven règlent leurs comptes sur internet !

En début de semaine, Raphaël Enthoven avait visé Kery James dans un billet sur les ondes d'Europe 1.

Le philosophe avait jugé que Kery combattait "le racisme avec les armes du racisme" dans un rap hommage à Zyed et Bouna.
Alors que le rappeur a répondu au chroniquer via un long texte sur facebook, Raphaël Enthoven est revenu sur ce clash.

Kery%20James%20et%20Rapha%C3%ABl%20Enthoven%2C%20se%20clashent%20%21

Kery%20James%20et%20Rapha%C3%ABl%20Enthoven%2C%20se%20clashent%20%21

Ce dernier n'a pas mâché ses mots sur le site d'Europe 1 :

Le rappeur n'a pas apprécié la teneur de la chronique du philosophe, lundi sur Europe 1. Ce dernier lui répond.

Lundi, dans sa chronique matinale sur Europe 1, Raphaël Enthoven estimait que la chanson de Kery James demandant le respect de sa couleur de peau consistait à combattre le racisme avec les règles du racisme. Une prise de position qui a déplu au rappeur, qui s'en est ému sur sa page Facebook : "Il est simple, mais malhonnête de ramener mon discours à des considérations raciales qui sont les vôtres, pas les miennes."
Mardi, le philosophe a tenu à lui répondre à son tour, dans une longue missive intitulée "Merci de cette lettre ! Vivent les désaccords", que nous publions in extenso sur Europe1.fr.
La voici :
Merci de cette lettre ! Vivent les désaccords
Un pays en paix et en bonne santé est un pays dont les citoyens peuvent s’engueuler sans se détester, et loyalement. Permettez-moi donc, sans revendiquer le dernier mot, de répondre à votre réponse.
Que les choses soient claires : je ne vous fais aucun procès d’intention. Au contraire, je ne doute ni de la pureté de vos intentions, ni de la sincérité de vos engagements. Est-ce votre parcours qui vous a ouvert le coeur ? Peut-être. Le fait est qu’à vos yeux, et malgré votre succès, le monde n’est pas (seulement) un spectacle. Vous savez souffrir des douleurs que vous racontez. Vous êtes un homme politique, au sens noble du terme : les autres vous importent plus que vous-même, vous avez trop d’ambition pour n’être qu’un ambitieux. C’est de cette générosité-là, peut-être, que vient le talent.
Mais (à mes yeux) la colère vous aveugle à l’instant où elle vous donne le sentiment de voir plus clair que les autres.
Qu’il y ait des injustices, c’est un fait. Qu’il faille lutter contre, c’est une certitude, sinon le sens de la vie. Mais la France n’est pas coupée en deux. La France est coupée en mille. Le monde n’est pas seulement réparti en oppresseurs et en opprimés, ce serait trop facile. La lecture en termes de race ou de classe relève, à mon sens, d’une simplification abusive du monde. D’autant que la bonté n’est pas toujours du coté des victimes. Et la force n’est pas toujours une méchanceté. La vie n’est pas noire ou blanche, mais grise (ou marron, les jours de beaux temps).
Contrairement à vous, je n’ai aucun message à faire passer, mon travail consiste à prélever des paradoxes dans l'actualité, et quand je tombe sur l'un d'entre eux, je suis heureux comme un chercheur d'or quand il met le doigt sur une pépite.
Pour rédiger ma chronique, je me suis appuyé sur trois de vos textes : Banlieusards, Lettre à la République, et votre hommage (inachevé) à Zyed et Bouna. Et "je revendique" (avec votre permission) le droit d’être en désaccord frontal avec vous.
La France a un affreux passé colonial, dont il faut enseigner les tortures. Et, sous l’alibi de valeurs universelles, le mal-nommé "pays des droits de l’homme" s’est parfois (pas toujours) conduit en bourreau. Mais la République est belle, malgré tout ; elle ne se confond pas toute entière avec cette histoire sinistre. Et rien n’est plus faux que de traquer dans ses lois le symptôme ou la puanteur d’un passé qui ne passe pas. Bien sûr, le racisme s’y porte bien (comme ailleurs en Europe) mais la France n’est pas l’Afrique du Sud (des années 80), ni l’Alabama.
La France est un ancien empire, un géant fatigué, dont le déclin n’est plus couvert par le lyrisme d’un héros, et qui a la nostalgie de sa grandeur. Or, l’un des symptômes de cette nostalgie, c’est paradoxalement le discours même qui consiste à la prendre pour la cause de tous les maux ! Même si elle a des raisons d’être, rien n’est plus franchouillard que la détestation de la France. Rien n’est plus paternaliste (et colonial) que le discours qui tient la France pour ce qu’elle n’est plus : une grande puissance coloniale. Quand vous lisez l’actualité à l’aune d’un passé colonial, vous donnez à ce passé une force nouvelle. Et sous le déguisement d’une critique radicale, vous perpétuez l’orgueil des colons. De même que l’idée de « diversité » est une arnaque politique, un racisme à l’envers, une invention de la blancheur qui, sous couvert de respecter l’autre, l’enferme dans une certaine idée (faussement flatteuse) de lui-même, de même qu’il arrive que des débauchés deviennent des puritains sans pour autant changer de nature profonde, la métamorphose du discours colonisateur en discours pénitent ne doit pas nous induire en erreur.
"L'odeur du sang, écrivez-vous, vous poursuit même si vous vous parfumez" ? Mais qui est ce "vous" ? Et quel est ce parfum ? Non, décidément. Le devoir de mémoire, ce n’est pas l’éternité d’une pénitence. Sinon, les Allemands, les Turcs, les Serbes et les Hutus seraient pour toujours en enfer.
Dans la même chanson, vous parlez au nom de "Nous les Arabes et les Noirs" et vous demandez "comment aimer un pays qui refuse de NOUS respecter ?" Mais, encore une fois, qu’entendez-vous par là ? De quel respect parlez-vous ? de celui qu’on doit aux "arabes et aux noirs" ou de celui qu’on doit à tout individu ? Ce n’est pas moi qui réduis votre définition du respect. C’est vous-même ! Moi, je me contente de vous lire (et de vous écouter).Mon sentiment (mais je voudrais me tromper), c’est que, exacerbée par une infinité d’injustices, votre colère vous fait confondre l’universalité du respect avec le respect d’une différence. Et qu’au lieu de demander l’égalité, vous demandez réparation. Ce qui n’est pas pareil. C’est même toute la différence entre Martin Luther King et Malcolm X, entre Obama et Jeremiah Wright... C’est toute la différence entre le courage (de faire la paix) et la rage (qui prolonge une injustice en réclamant une vengeance). L’ennemi, ce n’est pas la pensée molle. L’ennemi, c’est la vengeance comme alibi d’un racisme inversé.
Quand Mandela, au mépris de sa colère (Dieu sait s’il en avait en lui !), instaure la justice au lieu de satisfaire la vengeance, il crée les conditions de la paix. Parce que la grandeur consiste à être plus grand que soi-même, à dépasser sa propre cause et sa propre indignation pour servir la cause d’un avenir commun. Et que, comme dit Vladimir Jankélévitch, "la violence, c’est de la force faible".
Vous déclarez fièrement, à plusieurs reprises, que vous n’êtes pas une "victime". Mais le ressassement, à longueur de chansons, des offenses de la colonisation, conduit à l’effet inverse : ceux dont vous prenez la défense, vous les enfermez précisément dans la catégorie de victimes. Et parler de "France d’en bas", c’est encore la regarder d’en-haut.
De même que Marx voyait dans le prolétariat "une sphère qui possède un caractère d'universalité par l'universalité de ses souffrances" (et qui, à ce titre, incarne à elle seule l’injustice toute entière), vous semblez désigner les descendants des victimes de la colonisation comme seuls dépositaires de la souffrance légitime. Il en résulte une lecture raciale des comportements qui n’est pas toujours pertinente, et qui, le plus souvent, obscurcit les choses quand elle croit les éclaircir. C’est pour cela qu’il est si important que vous précisiez ce que vous entendez par "respect". Encore une fois : est-ce le respect d’une différence, ou le respect indifféremment de celui dont on parle ? (Suis-je le seul à entendre cette ambivalence ?)
De façon générale, il ne suffit pas de dénoncer le "système" pour ne plus lui appartenir. Au contraire (et votre succès, par exemple, en témoigne), le système adore les gens qui le combattent ! C’est son plat préféré. Croire qu’on est libre parce qu’on dénonce les tyrannies, c’est un péché d’orgueil. Les moutons noirs ne sont pas moins moutonniers que les autres. On est moins libre quand on croit qu’on l’est, que quand on sait qu’on ne l’est pas.
Autre chose : je n’ai jamais assimilé vos idées à celles du FN ! Il faudrait être fou pour le faire. Mais il y a la matière et il y a la manière. Et des discours ouvertement antagonistes recouvrent parfois des proximités inattendues : Nadine Morano ne vous donne-t-elle pas raison quand elle déclare que la France est un "pays de race blanche" ? Je vous cite : "A tous ces racistes à la tolérance hypocrite / Qui ont bâti leur nation sur le sang /Maintenant s'érigent en donneurs de leçons/ Pilleurs de richesses, tueurs d'africains / Colonisateurs, tortionnaires d'algériens..." Mais qui, à part la droite de la droite de la droite, peut se reconnaître dans le portrait que vous faites de la France elle-même ? Comment entendre "Nous, les arabes et les noirs, on est pas là par hasard, toute arrivée a son départ..." autrement que comme l’autre versant de l’affreux "La France, tu l’aimes ou tu la quittes" ? Encore une fois, comment voulez-vous lutter contre le délit de facies et tous les clichés négrophobes, si vous vous dites "noir et fier de l’être" ? Si je me disais "blanc et fier de l’être", vous trouveriez que j’ai l’air con, n’est-ce pas ? Vous auriez raison.
Enfin, l’essentiel. Zyed et Bouna. Leur mort est une tragédie. Et la preuve de bien des malaises qui asphyxient la société (à commencer par le délit de non-assistance à personne en danger). Mais leur mort n’est pas un assassinat. Quand j’entends certains (pas vous, il est vrai) confondre la mort des deux adolescents avec le meurtre de Malik Oussekine en 1986 (assassiné à la matraque par des policiers), je me dis qu’on a perdu en lucidité, qu’on mélange tout, que l’injustice (incontestable) empêche de voir des nuances essentielles, et que, comme chaque fois qu’on pratique les amalgames, les extrêmes ont gagné du terrain.
La police française n’est pas parfaite. Heureusement. Mais ce n’est pas la police de Vichy, ni même celle de Charles Pasqua ! En vérité, il y a chez les flics la même proportion de connards, de racistes et d’abrutis que dans n’importe quel corps de métier. Mais on y trouve aussi d’authentiques républicains qui ne font aucune différence entre les citoyens, et qui font respecter la loi (c’est-à-dire la liberté de chacun). Ni plus, ni moins. La mort de Zyed et Bouna est une catastrophe, mais, si difficile que cette phrase soit à entendre, ce n’est pas un scandale d’Etat.
Voilà. J’arrête ici cette réponse, dont la longueur vient uniquement de l’intérêt que je prends à discuter avec vous. Et puis, comme dit Maeterlinck, (un autre amoureux du silence) "les paroles passent entre les hommes, mais le silence, s’il a un moment l’occasion d’être actif, ne s’efface jamais."
Merci pour l’invitation. Je ne suis pas libre le 21 novembre.
Mais une prochaine fois, avec plaisir. Et intérêt.
Respectueusement.
Raphaël Enthoven

Restes connecté sur MuzikSpirit, rejoins notre page facebook MuzikSpirit ou suis nous sur Twitter @muzikspirit pour suivre l’actualité du Rap Français et de Kery James.

Lâche ton Commentaire